Archives pour la catégorie Cahiers couture

Outils or not Outils

LES OUTILS DE COUPE

Vous trouverez dans les merceries différents outils de coupe, mais sont-ils vraiment utiles ? Lesquels choisir, et surtout à quoi peuvent-ils servir ? Voyons ensemble ce qui est utile pour commencer, et pour devenir une couturière « qui déchire ».

Les ciseaux de tailleur : C’est l’incontournable de mon atelier, sans discussion. J’en ai acheté beaucoup au départ parce que je ne prenais pas la peine de mettre le prix dedans, et avec le recul, je suis ravie d’avoir investie dans une vraie paire de ciseaux de tailleur. Ce sont des ciseaux dont les poignées sont inclinées. Pour conserver les lames bien affûtées, ces ciseaux ne doivent servir qu’à couper du tissu, des fils et des rubans en toile. Ils ne doivent jamais, mais alors jamais, couper autre chose que du tissu. De bons ciseaux assurent une coupe parfaite, ce qui vous permettra sans aucun doute un assemblage plus facile de votre projet.

 

Les ciseaux à broder : Mes préférés ! J’ai toujours ces petits ciseaux sur mon plan de travail, près de moi. Normalement utilisés pour couper les fils dans les zones densément brodées, ils ont l’avantage d’être petits et de couper de manière extrêmement précise dans les petites zones de travail. J’ai réduit significativement mes erreurs de coupe dans le crantage pour mes parmentures par exemple, en utilisant ce type de ciseaux.

Le cutter rotatif. Il s’agit d’un cutter manuel avec un manche en plastique ou en métal et une lame circulaire à l’autre extrémité. La lame circulaire coupe à travers les épaisseurs de tissu. Il s’utilise sur un tapis découpe auto cicatrisant et une règle. Je vous conseille d’investir dans un modèle costaud et de marque : mon premier cutter n’était pas très précis et me donnait la sensation de déchirer la fibre. Aujourd’hui j’utilise Fiskars qui me donne entière satisfaction et qui surtout me fait gagner un temps considérable dans la découpe des tissus particulièrement dans la découpe de pièce pour mes tutos.

Le tapis de découpe : Il est auto cicatrisant et a l’avantage d’avoir des repères de mesures.Placez le tapis de découpe sur votre plan de travail et posez par-dessus le tissu à découper. Coupez le tissu sur le tapis à l’aide d’un cutter rotatif, le tapis permettra à votre cutter de rester bien aiguisé. J’ai essayé sur du carton type grand calendrier mais franchement c’est une très mauvaise idée, cela abime considérablement la lame du cutter.

 

LE MATERIEL DE MESURE

C’est un peu le même débat que pour les outils de coupe : tout est-il important, dois-je vraiment investir dans tout ? J’ai une légère tendance pour l’achat compulsif. Lorsque je regarde une vidéo et que je vois une couturière utiliser un outil je me dis qu’il me faut absolument ce truc, mais en définitive je ne savais pas à quoi cela servait, et surtout si j’en aurais l’utilité sur le long terme. Alors oui plus nous sommes équipées, mieux c’est, mais attention à ne pas tomber dans le travers de l’achat compulsif comme moi ! Comprendre mon projet, regardez ce que je veux coudre, et ainsi je sais de quoi j’ai vraiment besoin, en tout cas aujourd’hui c’est comme cela que je procède. Et je me suis rendue compte que ce que je voyais dans les vidéos n’avais pas forcément une grande utilité sur le long terme.

Le mètre ruban : C’est un ruban flexible, souvent en plastique, qui mesure environ 150 cm. Il peut être utilisé sur les courbes et c’est l’outil indispensable de la couturière. J’ai le mien toujours autour du cou, cela m’évite de le chercher toutes les 5 minutes, entre nous attention lorsque vous coupez votre tissu, j’ai moi-même coupé un certain nombre de mètre ruban, si si c’est du vécu…

La règle de confection : C’est une règle en plastique transparente avec divers repères pour tous vos besoins de mesures. Voir le tissu ou le motif sous la règle est essentiel pour placer les pièces sur le droit fil, marquer l’emplacement des pinces, les ourlets et bien d’autres utilisations. C’est l’un des outils les plus fréquemment employés en couture.

La jauge accordéon : Oui je sais c’est un terme extrêmement technique, mais c’est un outil plus qu’utile dans la confection de vêtement. Cet outil de mesure est en métal, il s’ouvre et s’étend comme un accordéon. Il est indispensable pour marquer les repères à égale distance, comme pour les boutonnières. C’est un outil que je n’utilisais pas, et lors d’une démonstration j’ai découvert son utilité. En effet j’ai souvent eu à changer les boutonnières de place ou à en augmenter le nombre ; comment faire pour qu’elles soient toutes alignées et à égales distances ? Grâce à cet outil qui se calibre tout seul, vous n’aurez plus de questions à vous posez sur le nombre, ou si l’écartement entre chaque boutonnière est bien le même, la jauge le fait pour vous, et franchement coudre des boutonnières devient presque un jeu d’enfant !

Il existe encore pleins d’objets, pleins d’outils en couture… on se retrouve très vite pour en parler.

Le fil et les outils de traçage : de quoi j’ai vraiment besoin ?

LE MATERIEL DE BASE

On me demande régulièrement quel est le matériel de base nécessaire pour coudre, répondre à cette question est compliqué parce que c’est une question de besoin, d’envie et de moyen, mais je vous ai préparé une liste non exhaustive du matériels qui pourrait  être nécessaire.

LE FIL

Je ne pourrais que vous conseiller de bien choisir les fils pour la couture, j’ai comme toutes les couturières essayé de minimiser les coûts en achetant de la moins bonne qualité, et en pestant contre ma machine parce que le fil ne faisait que se casser, mais cela ne venait pas de ma machine mais de la qualité de mon fil.

Le fil à coudre :  Il peut être 100% coton ou polyester. J’avoue avoir une préférence pour le fil polyester qui est selon moi plus résistant pour la couture, toutefois il faut savoir que si vous teintez votre confection après l’avoir cousu, la teinture ne prendra pas ou pas bien sur le fil polyester, il vous faudra alors choisir un fil à coudre coton, qui lui se teindra sans problème. L’autre avantage du fil polyester je trouve c’est qu’il fait moins de résidu et qu’il encrassera moins ma machine à coudre sur le long terme, surtout lorsqu’on coud souvent comme c’est aujourd’hui mon cas.

Le fil mousse : Je l’ai connu il y a peu de temps, soit à peu près 1an… Vous vous dites sûrement que je vis dans une grotte ? Mais non, je l’ai découvert lors d’une journée formation sur les surjeteuses et j’ai vu le résultat incroyable que cela apportait à un rouloté : une finition d’une grande qualité et qui durera dans le temps.

Le cône. : C’est une grosse bobine conique de 3 000 mètres de fil, proposé en 100% coton ou polyester. Il s’utilise avec les machines dites surjeteuses ou recouvreuses qui consomment une grosse quantité de fils, ce serait trop difficile de travailler avec des bobines de tailles standards !

LES INSTRUMENTS DE TRACAGE

Il existe une multitude d’instruments de traçage et nous n’en ferons pas le tour complet : loin de moi l’idée de vous perdre, mais plutôt de vous donner des repères.

La craie tailleur : Elle est incontournable et nous en avons presque toute une. C’est l’outil indispensable pour tracer un patron ou des repères sur un tissu sans avoir peur de le tacher. Elle se présente sous différentes formes : le crayon craie, qui un est un crayon rempli de craie, ou encore le porte mine craie.

Le stylo friction : C’est un stylo effaçable pour papier dont il suffit d’utiliser l’embout pour effacer la trace. Eh bien la magie opère aussi sur le tissu : passez le fer à repasser sur le stylo et la chaleur effacera l’encre. Je n’ai pas découvert toute seule cette astuce, mais aujourd’hui un grand nombre de couturières l’ont adopté. Cependant il est important de stipuler qu’il arrive parfois qu’avec le froid la couleur du stylo peut s’apercevoir dans le temps, j’en ai fais la triste expérience l’année dernière sur une blouse claire. Je crois avoir vu en story que Margot « petit patron » en parlait aussi.

LES OUTILS QUI NOUS CHANGENT LA VIE

Dans cette rubrique j’ai décidé de vous parler des petites choses qui nous changent la vie, ou qui nous la simplifient. Nous avons toutes envies de gagner du temps, ou d’avoir une aide, alors sûrement que vous connaitrez ces astuces, mais je vous livre pourquoi je les aime autant….

Le découd-vite : Est-il vraiment un outil que l’on aime ? Non on va pas se mentir, mais c’est tellement utile : nous faisons toutes des erreurs en couture et je mentirais si je vous disais que je l’utilise jamais. Il a une forme de stylo avec une extrémité en forme de U, avec des lames tranchantes permettant d’atteindre les points à découdre, souvent mis comme accessoires dans nos machines à coudre. Je crois que les revendeurs de MAC nous connaissent bien.

Passe-lacet : Alors là pour moi c’est une révolution, plus besoin d’utiliser une épingle à nourrice et cet outils c’est Anaïs qui me l’a montré. Nous passons régulièrement des élastiques et des cordelettes dans nos ourlets en couture, et quoi de plus désagréable que l’épingle à nourrice qui s’ouvre au milieu (je sais que ça vous parle). Au mieux, elle s’accroche à votre projet ou pire elle le déchire. Le passe lacet étant fin pourra glisser dans les ourlets les plus étroits, non pointu, il ne s’accrochera pas dans vos projets. Il dispose d’un anneau qui se ferme et s’ouvre, on y attache l’élastique, le lacet ou la cordelette, et après on le faufile tout le long. Et la magie opère sans que nous ayons à hurler parce que l’élastique n’est pas ressorti.

Ciseaux crantés : Alors là je vais surement choquer certaines couturières, mais je ne peux pas parler d’accessoire qui ont changé ma vie sans parler ciseaux cranteurs. Avant d’acquérir une surjeteuse, j’utilisais comme beaucoup le point zigzag de ma machine, mais c’est long, fastidieux.. Puis un jour, sur Youtube, j’ai vu une couturière utiliser des ciseaux cranteurs pour s’éviter le fastidieux travail du point zigzag. Ces ciseaux possèdent des lames garnies de petits triangles en métal, ils permettent de couper le tissu aussi bien que des ciseaux ordinaires, mais font une découpe crantée bien nette. Moi je l’utilise pour terminer mes marges de couture sur l’envers de mes projets, mon tissu ne s’effiloche plus. Et si vous voulez un conseil bien utile lorsque vous coupez vos pièces de patron de couture, coupez-les avec un ciseau chanteur, même si vous savez que vous passerez votre travail à la surjeteuse, cela évite que le tissu s’effiloche lors de la couture ou la manipulation du projet.

La jauge à ourlets. : Si vous ne voulez pas des ourlets qui ressemblent à de la dentelle, et croyez moi c’est du vécu, la jauge à ourlets, qui est tout simplement une petite règle en plastique ou en métal, permettra de mesurer un ourlet et de reproduire celui-ci sur toute la distance de ce dernier. Pour les modèles en plastique : des repères d’ourlets à 1cm, 2cm… sont indiqués.

 

On se retrouve très vite pour la suite de la rubrique le matériel de base… n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire pour me dire quel est pour vous l’outils indispensable.

Petite présentation

Autodidacte, maman de 3 enfants, je me suis mise à la couture par dépit ! Et oui mon corps de rêve ne me permettait pas de m’habiller comme je le souhaitais dans les grands magasins ! Alors s’est imposée à moi tout naturellement cette solution miracle : coudre mes vêtements !

Depuis 5 ans, je n’achète presque plus de vêtements, je les créé, je couds, je customise, je patronne. J’ai enfin repris le pouvoir sur ma garde-robe, mais surtout j’ai repris plaisir à m’habiller en robe, en jupe, à mettre des blouses qui me mettent en valeur, à ne plus me cacher dans des vêtements trop grands ou sans forme. La couture peut faire peu lorsqu’on n’en connaît pas les codes, mais je vous le dis, c’est tout un monde créatif qui s’offre à nous.

Pourquoi ce cahier couture ? Je suis une grande fan des livres de couture, ma bibliothèque en est remplie, j’aime feuilleter, j’aime toucher le papier. J’aime aussi que les choses s’inscrivent et restent, alors tout naturellement quand ce projet de cahier est né dans ma tête, j’ai eu envie de partager avec vous ma passion de la couture, mes astuces. Désacraliser la couture et ses codes, la rendre accessible à tous et toutes est ma priorité comme pour les tutos couture que je propose sur ma chaîne Youtube.

Lors de mes débuts et lorsque j’étais plongé dans un livre de couture, le pire était de ne pas comprendre les termes techniques ou de ne pas savoir de quoi parlait le ou la créatrice du patron. Je me suis retrouvée très souvent devant un mot sans le comprendre, et ne voyait pas quoi faire de cette information écrite. Alors j’ai pensé et imaginé ce livre. J’ai réfléchi au processus de progression qui a été le mien et qui aujourd’hui me permet de coudre et créé entièrement ma garde robe. Vos questions et vos interrogations ont été le fil conducteur de ce livre.

Ces cahiers couture se veulent ludique, interactif et proche de vous. Vous y trouverez les réponses aux questions que vous vous posez et que je me suis posées aussi. Et comment je fais ceci, comment je fais cela ?
Au fur et à mesure de la lecture de ces cahiers couture, vous trouverez des focus le tout agrémenté de photos et d’illustrations pour une meilleur compréhension. Des images valent mieux que de grands discours. Je n’ai pas la prétention de faire de révolutionner le monde de la couture, mais juste de partager mes astuces, mes découvertes, mes doutes.

J’espère que ce nouveau format vous plaira… je vous invite à vous abonner au blog sur la page d’accueil il y a un petit blog bleu, ainsi vous recevrez mes cahiers couture dés lors mise ne ligne.

Belles cousettes